web analytics

Yoga adapté

Yoga adapté, photo par Caroline Théberge

Le yoga, tel qu’il est pratiqué en groupe dans la plupart des studios, requiert de bonnes capacités, tant au niveau de la force que de la souplesse, de l’endurance, de l’équilibre et de la concentration. Certaines personnes, à cause d’un ennui de santé ponctuel ou d’une condition permanente, n’ont par conséquent pas la chance de bénéficier des sessions de yoga régulières offertes dans les différentes écoles. Or, cette pratique offre tellement de bienfaits qu’il serait dommage d’en priver les individus ayant des capacités réduites. Heureusement, il est tout à fait possible d’adapter le yoga à diverses conditions.

Adapter les postures en fonction de l’individu

Certaines personnes présentent des limitations physiques dues à l’âge ou la maladie et ne peuvent exécuter les postures de yoga (asanas, en sanskrit), qui parfois se révèlent passablement acrobatiques. Celles-ci doivent être adaptées en fonction des capacités de chaque personne.

En tant qu’enseignant, il est essentiel de bien connaître et comprendre la réalité et les capacités de chaque étudiant, afin de lui proposer une adaptation sécuritaire qui représente tout de même un défi stimulant.

Comprendre l’effet visé par les postures traditionnelles

D’autre part il est tout aussi important de comprendre le but visé par les postures traditionnelles (renforcir tel muscle, étirer tel autre, améliorer l’équilibre, etc.) et de pouvoir proposer une adaptation pertinente, soit :

  • Offrir une supervision ou de l’aide physique, ou encore supporter avec des accessoires pour pallier à un manque de souplesse, de force, d’équilibre ou autres
  • Proposer une variation simplifiée d’une posture qui serait trop difficile
  • Proposer une posture apparemment complètement différente mais qui va pour cette personne travailler exactement ce qu’on vise à travailler tout en tenant compte de ses capacités

On accueille donc la personne telle qu’elle est et on travaille à partir de là, doucement, en établissant des bases solides, en créant un lien de confiance et en usant de créativité. Si on rencontre une difficulté, on revient à une posture plus simple, jusqu’à ce qu’une variation plus complexe devienne naturelle suite à l’amélioration des capacités. On peut ainsi pratiquer des asanas assis sur une chaise, ou même en fauteuil roulant !

Le yoga, c’est plus que des asanas

Dans les cas où les limitations sont grandes, ou si l’espace restreint d’un local ne permet pas d’installer du matériel pour pratiquer des asanas, il existe différentes options.

Plusieurs aspects du yoga sont méconnus. Plus rarement enseignés en studio, ils sont pourtant très intéressants, entre autre parce qu’ils ne requièrent souvent aucune aptitude physique particulière et très peu de matériel. Ils peuvent s’avérer de puissants alliés dans tout processus de guérison. En voici quelques exemples :

Les pranayamas : Ce sont des exercices de respiration qui visent à approfondir le souffle et à augmenter la vitalité du corps et de l’esprit. Ils devraient faire partie de toute pratique régulière du yoga. Ils sont faciles à exécuter dans n’importe quel local, avec la plupart des clientèles.

Yoga adapté, photo par Caroline Théberge

Le yoga nidra : C’est une relaxation guidée en même temps qu’une technique pour approfondir la connaissance de soi. La longueur de chaque séance est adaptée en fonction des capacités d’attention et du niveau d’éveil des participants.

La récitation de mantras : Ils aident à calmer l’esprit et améliorent la concentration. Les mantras peuvent donner du courage dans les périodes difficiles au niveau émotif. Ils offrent la possibilité d’un soutien psychologique inestimable et ils contribuent entre autres à diminuer l’anxiété et la dépression.

Les bhajans, chants dévotionnels : Les bhajans sont moins communs en Occident, mais très présent en Orient. Les chants ouvrent le cœur, nous permettent de rendre grâce à la vie et de trouver la force d’en supporter les épreuves. Ils nous connectent à nous-mêmes ainsi qu’aux autres.

La méditation : Il n’est pas nécessaire de s’asseoir en lotus pour méditer ! Toute posture confortable avec une colonne allongée fait parfaitement l’affaire. La pratique de la méditation permet de calmer l’esprit, de devenir plus résilient aux épreuves, plus ouvert face aux défis individuels ou collectifs que nous propose la vie.

En union avec soi-même

En yoga, on vise des mouvements naturels, stables, confortables : on vise à se sentir unifié. Comment se sentir unifié si on lutte contre soi-même en se forçant à exécuter des postures hors de notre portée immédiate, ou si l’on se compare sans cesse aux autres qui sont « meilleurs » que nous ?

Cette attitude de « non jugement » est difficile à réaliser, surtout si l’écart des capacités entre les étudiants est grand, car on peut vivre beaucoup de frustration, de jalousie ou de honte, face à quelqu’un beaucoup plus « apte » que soi dans une posture. C’est pourquoi il peut être utile de minimiser ces frustrations en regroupant des gens aux capacités semblables, afin que chacun puisse plus facilement s’accepter pleinement sans être dans une inutile confrontation intérieure, épuisante et dévalorisante.

Donc, que l’on souffre d’embonpoint, de sclérose en plaques, de troubles alimentaires, d’un cancer, que l’on soit en fauteuil roulant ou que l’âge limite nos mouvements, il y aura toujours un yoga pour nous !

*Contactez-moi pour une classe de yoga adapté.