web analytics

L'herboristerie d'hier à aujourd'hui

mortier et herbes
Fines herbes médicinales, photo par amandaism

Le règne végétal est à l’origine même de la chaîne alimentaire et de l’évolution des êtres vivants sur Terre. C’est dire à quel point les substances végétales sont intimement liées à notre propre chimie organique. Alors que nous vivions de chasse et de cueillette, nous étions en symbiose avec le monde végétal et les cycles de la nature. Notre acuité sensorielle et la connaissance de notre corps ont été façonnées par un mode de vie directement en interaction avec les éléments naturels.

L’herboristerie d’hier

L’herboristerie est un art qui remonte à l’aube de l’humanité : l’art d’utiliser les plantes pour entretenir, rétablir ou améliorer la santé et le bien-être des êtres vivants. Plusieurs milliers d’années avant notre ère, il s’est développé parmi tous les peuples de la Terre, en Orient comme à l’Occident. Les plus antiques civilisations, comme la Chine et l’Inde, ont su transmettre jusqu’à ce jour des connaissances à ce sujet qu’elles ont accumulées sur plusieurs milliers d’années d’expériences.

L’herboristerie occidentale contemporaine nous parvient depuis l’époque précédant le christianisme, avant que l’Inquisition n’achève de détruire les dépositaires de la civilisation dite « païenne » en Europe (dont les celtes faisaient partie par exemple). Notamment, puisque le roi Henri VIII (1509-1547) et sa fille la reine Élizabeth I (1533-1603) pratiquaient l’herboristerie, cet art conserva ses lettres de noblesse en Angleterre et les connaissances des plantes médicinales y furent davantage préservées qu’ailleurs en Europe de l’Ouest.

Une certaine recrudescence de l’herboristerie eu lieu après la révolution américaine, alors que le mouvement dit « éclectique » pris son essor au sein de la communauté des médecins aux États-Unis. Ce mouvement prônait l’usage de méthodes naturelles simples, employant des substances qu’on pouvait se procurer aisément et des plantes accessibles tout près de nos demeures.

Les éclectiques laissèrent derrière eux plusieurs précieux ouvrages compilant les usages des plantes médicinales en Amérique. Leur usage fut ensuite écarté par les associations médicales modernes au profit des pratiques de standardisation pharmaceutique.

L’herboristerie d’aujourd’hui

L’herboristerie moderne utilise l’ensemble des approches empiriques fondées sur l’expérience et s’intéresse à toute forme de connaissance ayant trait aux vertus thérapeutiques des plantes. L’herboristerie se distingue et complète la médecine officielle par sa propension à favoriser les processus de régénérescence biologique propres à l’organisme, en tonifiant les organes déficients ou en régularisant leurs actions grâce à une approche holistique.

Sa pratique, fabuleusement économique et écologique, est à la portée de quiconque s’y intéresse. C’est une façon de se soigner et d’entrer en relation avec notre Mère Nature qui nous reconnecte avec notre communauté et nos origines. La connaissance des plantes est un trésor de vertus et d’abondance qui appartient à toute l’humanité.

De tout temps les êtres végétaux ont été là pour nous soigner, et aujourd’hui encore nos médicaments sont fabriqués d’après certains de leurs éléments actifs. Aujourd’hui, quand nous pratiquons l’herboristerie, nous renforçons notre lien biologique avec la terre et son essence vitale. Nous prenons conscience de nos racines et recherchons l’harmonie, le mieux-être et l’autosuffisance. Nous aspirons à découvrir les secrets de la nature qui nous offre plusieurs solutions pour un même problème.

Je vous invite à participer à la redécouverte et à la préservation des connaissances des vertus de la nature. Enrichissez-vous d’expériences et vous enrichirez à votre tour notre savoir collectif.

Visitez Ayurvéda Révolution pour en connaître davantage sur la santé naturelle.