web analytics

Le sureau, arbre magique

Sureau, photo par ugardener

Cette plante antivirale n’a pas son pareil pour éliminer la grippe et les otites lorsque l’on intervient rapidement, assisté par son contenu en vitamine C. Le sureau désengorge les canaux, tubes et conduits du corps en général, rappelant ses tiges creuses. Il excelle à libérer le système respiratoire supérieur du mucus clair, liquide et abondant, y compris dans les sinus et les canaux des oreilles. Il draine les toxines vers le bas et favorise le nettoyage du corps. C’est un remède sécuritaire de choix pour les jeunes enfants et les nourrissons.

Autres noms : Sambucus canadensis ou nigra (latin), Hautbois, Sognon (français), Elder, Alhuren, Ellhorn, Hylder (anglais), Sambuca (espagnol), Alhorn, Frau Holle, Hildemoer, Schwitztee (allemand), Khaman kabir (arabe).

Description : C’est un arbuste d’environ 3 m pouvant atteindre une hauteur de 4 à 6 m. Ses tiges sont creuses et ses fruits poussent en grappes de petites drupes pourpres ou noires de 6 à 8 mm de large, juteuses et sucrées. Les fleurs du sureau, blanc crème et parfumées, apparaissent en ombelles en début d’été, alors que les feuilles, froissées, émettent une odeur désagréable.

Distribution : Sambucus canadensis est originaire de l’Amérique du Nord, couvrant l’espace entre le Nouveau-Brunswick et la Saskatchewan d’Est en Ouest, et jusqu’en Floride, au Texas et aux montagnes du Colorado, de l’Utah et de l’Arizona vers le Sud. Sambucus nigra est une espèce européenne et ses propriétés sont à toutes fin pratique les mêmes.

Parties utilisées : Fleurs et baies. Sont rapportés ici les usages des fleurs, lesquels sont généralement interchangeables avec ceux des baies. On peut également utiliser l’intérieur de l’écorce, les feuilles ainsi que les racines pour certains usages spécifiques.

Propriétés médicinales

Diaphorétique

Le sureau ouvre les pores de peau et favorise le processus de sudation et l’élimination des toxines en cas de fièvre. Légèrement réchauffant dans un premier temps, il aide ensuite à faire circuler la chaleur et à la disperser.

Anti-viral

Le sureau démontre des effets antiviraux, contre les grippes en général, particulièrement l’influenza de type A. Il désactive les virus et augmente le facteur de nécrose tumorale, une cytokine impliquée dans la réaction de phase d’infection aiguë. Son action est d’autant plus efficace si le remède est pris dès les premiers stades de la maladie, à petites doses répétées plusieurs fois par jour.

Fleurs de sureau, photo par pastilletes

Astringent

Les tannins, très présents dans la fleur de sureau, resserrent les tissus et les muqueuses, ce qui est utile pour raffermir la peau et résorber la diarrhée. On fait des compresses d’infusion froide avec les fleurs pour appliquer sur les yeux enflés et bouffis. Le sureau stimule d’abord les sécrétions à cause de son goût sûr : salive, sueur et mucus, puis il en assèche l’excédent grâce aux tannins.

Mucolytique

Utile pour contrôler les écoulements nasaux qui n’en finissent plus, pour régulariser la sécrétion de mucus. L’astringence combinée à l’effet circulatoire et décongestionnant du sureau en fait une plante de choix pour dégager les voies respiratoires, spécialement l’O.R.L. Le système oto-rhino-laryngologique (O.R.L), correspond aux conduits de la gorge, de la bouche, des sinus et des oreilles

Diurétique

Soutient le travail des reins et augmente la quantité d’urine produite, ce qui est bénéfique en cas d’œdème et de rétention d’eau. La haute teneur en potassium du sureau en fait un diurétique sécuritaire à long terme. Il prévient de plus les pierres au rein.

Altératif

Les effets combinés du sureau permettent d’éliminer plus de toxines via l’urine et les selles. Il est particulièrement indiqué pour les problèmes de peau avec bleuissement, humidité et enflure, dans le cas d’ulcère suppuratif ou d’eczéma formant des pustules.

Anti-inflammatoire

Plusieurs propriétés du sureau se combinent pour diminuer l’inflammation : il fait circuler les liquides, il est astringent et de plus, la rutine qu’il contient procure un effet anti-inflammatoire à proprement parler.

Tonique vasculaire

Son contenu en flavonoïdes renforcit les parois des vaisseaux sanguins. De plus, il augmente la présence d’oxygène dans le sang. Combinés à son action dissolvante et décongestionnante envers les dépôts et les stagnations dans les canaux du corps, ces propriétés font du sureau un excellent remède pour soigner et fortifier le système circulatoire et prévenir certaines maladies cardio-vasculaires.

Anti-histaminique

Le sureau renferme de la quercétine, un composant anti-histaminique, ce qui diminue l’intensité des réactions allergiques.

Dissolvant

Le sureau est communément utilisé dans la pharmacopée européenne pour réduire ou prévenir la formation de dépôts durs comme les pierres au rein.

Indications

  • mucus, cillement aux poumons, allergies saisonnières
  • amygdalite, maux de gorge
  • laryngite, otite, rhinite, sinusite
  • bronchite
  • diarrhée, gaz intestinaux
  • constipation (baies, écorce ou racine)
  • arthrite, goutte
  • raideurs musculaires, sciatique
  • bleuissement, contusions, ecchymoses
  • acné
  • ulcérations
  • grippe et infections virales en général
  • fièvre, malaria
  • otite,varicelle
  • herpès, syphilis
  • miction insuffisante
  • néphrite avec œdème, pierres aux reins
  • artériosclérose
  • cellulite, varices
  • enflure, œdème, œdème cardiaque
  • inflammation des yeux
  • anxiété, névralgie

Contre-indications

  • Les feuilles et les pousses sont potentiellement toxiques et leur utilisation est limitée.
  • Il est arrivé que le fruit cause des maux de ventre, surtout à cause de ses pépins. Avant d’être mûr, le fruit n’est pas comestible ; la cuisson et le séchage éliminent les traces de toxicité dans le fruit mûr.
  • Le fruit du sureau rouge, espèce voisine, est toxique.
  • Attention en cas de fièvre très intense, le sureau augmente temporairement la température avant de la faire redescendre.
  • En excès : anxiété, rougeurs au visage, sécheresse des muqueuses de la bouche et de la gorge, palpitations cardiaques, douleurs rhumatismales et sudation.
Modes d’utilisation

Infusion (fleurs)

Infuser 2 c. à thé de fleurs sèches par tasse ou 1 c. à table de fleur fraîches pendant 5 minutes, boire 1 à 3 tasses par jour. En cas d’infection aiguë, répartir le dosage et boire jusqu’à 8 demies tasses tout au long de la journée. Excellent pour traiter les problèmes respiratoires.

Décoction (baies)

Bouillir 1 c. à thé comble de baies séchées par tasse pendant 10 minutes, boire 1 à 3 tasses par jour. En cas d’infection aiguë, répartir le dosage et boire jusqu’à 8 demies tasses tout au long de la journée.

Concentrés liquides

En teinture d’alcool ou en glycéré, prendre 15 à 45 gouttes de 1 à 4 fois par jour, pour un produit avec une concentration de 1:3.

Jus

Il est possible d’extraire le jus des fruits du sureau. Ce produit est maintenant disponible sur le marché. Le dosage dépend de la concentration, variant de 100mL pour le jus pur à une tasse pour les jus dilués, à raison d’une à trois doses par jour, selon les cas.

Sirop (fleurs et baies)

Des sirops à base de sureau sont disponibles sur le marché. Il est également possible d’en fabriquer soi-même à partir d’une décoction très concentrée des baies et des fleurs, ajoutant ensuite de l’alcool 40% et du miel en proportions égales.

Onguent

Anciennement, on fabriquait un onguent des feuilles de sureau pour soigner les blessures, les brûlures et les coupures.

Principaux constituants connus – fleurs

  • Minéraux : potassium en particulier, calcium et phosphore
  • Vitamine : A et C
  • Flavonoïdes : acide hypéroside, anthocyanines, astragaline, rutine, quercétine (anti-histaminique), quercétol, kaempferol, isoquercitrine, nicotoflorine et autres
  • Huiles essentielles : incluant des terpènes
  • Huiles fixes : acide linoléique, acide linolénique et palmitique et autres
  • Glycoside cyanogénique : acide hydrocyanique, glucoside, sambunigrin
  • Alcaloïde : sambucine
  • Triterpènes : acide hydroxy-ursolique, acide oléanolique, amyrine, stérols et autres
  • Acides gras : palmitique, linoléique, linolénique
  • Acide phénolique : acide chlorogénique
  • Tannins
  • Mucilages
  • Saccharides : pectine
  • Nitrate de potassium
  • Résine
Usages traditionnels ou ésotériques, folklore, légendes :

Le sureau est populaire depuis bien longtemps auprès des enfants pour fabriquer des pistolets à bouchons (popguns) en retirant la fibre tendre à l’intérieur d’une tige de sureau.

Il est dit que cet arbre abrite plusieurs esprits, aussi les gypsies n’utilisent jamais son bois pour faire du feu. On utilise plutôt son bois avec respect et parcimonie pour en faire des baguettes magiques ou des flûtes destinées à appeler les esprits. En lien avec son affinité avec les esprits, le sureau est une plante qui influence le sommeil et les rêves.

Le sureau est une plante de protection que l’on porte sur soi ou que l’on suspend au-dessus des portes et fenêtres. Les anglais disaient du sureau qu’il n’était jamais frappé par la foudre, aussi le plantaient-il au milieu du jardin pour l’en protéger.

Le sureau est aussi une plante de prospérité : on le fait pousser près de la maison pour y attirer l’abondance. Les couples s’en servent pendant la cérémonie de mariage et les femmes enceintes embrassent l’arbre pour porter chance à leur enfant.

Les amérindiens s’en servaient pour les coliques de bébés, les maux de dents, les empoisonnements, la fièvre, les rhumatismes et les affections respiratoires. Lors d’une cérémonie, ils trempaient leurs grains de maïs dans la décoction de sureau avant de les semer.

Baies de sureau, photo par keith_ritchie

Le porto et les vins de bordeaux ont parfois été frelatés par les européens en ajoutant de la décoction de sureau, si bien que les portugais interdirent la culture du sureau au 18e siècle. Ainsi, plusieurs effets curatifs observés pour les rhumatismes ont-ils été imputés au porto alors que le sureau en était réellement responsable.

Les insectes semblent s’accorder avec nous sur l’odeur déplaisante des feuilles et la fuient. Une décoction des jeunes feuilles est parfois employée par les jardiniers pour vaporiser sur les boutons de fleur et les plantes délicates contre pucerons et mille-pattes.

Pour en savoir plus et consulter l’auteur de cet article, visitez Espace Ayurvéda