web analytics

Farniente à Unawatuna

photo par Jonathan Léger Raymond

Quitter l’Inde nous semblait a priori être un détour sur notre parcours, une incohérence législative qui nous faisait perdre du temps précieux et nous égarait de notre route. C’est en effet uniquement en raison du fait que désormais il n’est plus possible d’obtenir de visa de plus de six mois pour l’Inde et que l’on doit attendre deux mois dans un pays limitrophe avant de pouvoir réappliquer pour un nouveau visa, que nous venions au Sri Lanka.

Même une fois sur la superbe plage d’Unawatuna, ces irritants ont nourri nos anxiétés et notre sempiternel soucis de « rentrer dans notre budget », alors que certain(e)s auraient sans doute davantage craint de ne pas « rentrer dans leur maillot »!

Quel sens donner à cette longue escale Sri Lankaise ? Comment se détendre sans culpabilité, sans avoir l’impression de trahir nos ambitions de voyage plus « nobles » ? Étrangers au style de vie balnéaire, il semblait au départ que nous n’allions jamais arriver à être en paix.

De vraies vacances

photo par Caroline Théberge

Après s’être posés quelques jours et avoir repris le moral et des forces, une routine s’est installée : repas cuisinés maisons, yoga matinal sur le vaste balcon avec vue sur mer, pratiques de musique, volleyball et baignade. Nous avons commencé à découvrir le réseau des gens qui nous ressemblent à Unawatuna et à nous sentir de plus en plus à notre aise ici.

Caroline s’est procuré un « mélodica », un instrument-jouet qui se présente comme un clavier, mais qui fonctionne à vent. On doit souffler dans un tube pour en jouer, c’est comme un piano-flûte ! Alors avis à tous : gardez vos instruments « low-fi » à portée de main, on se fera un jam à notre retour, c’est trop sympa !

Il fait bon d’oublier à l’occasion le portefeuille pour profiter d’un délicieux souper de fruits de mer dans un restaurant, de descendre une bonne bière froide en discutant passionnément autour d’une chandelle à deux pas (littéralement) de l’océan. Puis de marcher au clair de lune pour se retrouver sur un coin de plage inconnu à contempler les torches et les lumières illuminant la baie, les petits canots dansant sur les vagues et les cocotiers penchés à la fois vers la voûte céleste et l’immensité océanique…

Oui, l’océan a fini par éroder nos tensions et anxiétés et la magie s’est installée : la paix, le bonheur, enfin !

D’agréables rencontres

photo par Jonathan Léger Raymond

Récemment, nous avons rencontré Sarah, sympathique enseignante de yoga canadienne, qui nous a offert des classes de « yin » yoga. Ces séances ont eu lieu dans un endroit fabuleux appelé le Lanka Dharma Center, une maison magnifique et digne des magazines de déco chic, bâtie un peu en retrait des autres : petit bassin et son lotus, grands espaces ouverts sur l’extérieur, murs blancs, mobilier de rotin et de bois, géodes, cristaux et artefacts de la mer judicieusement parsemés… nous avons été enchanté par l’endroit. Nous nous sommes alors promis de revenir faire plus ample connaissance avec les maîtres des lieux qui nous avaient gracieusement offert les locaux, un couple d’allemands qui passent six mois par année ici.

photo par Caroline Théberge

Par ailleurs, nous avons rencontré un autre professeur de yoga (décidément du bien bon monde, les profs de yoga, haha !) avec qui nous jouons de la musique à l’occasion, lors de rassemblements informels et spontanés au restaurant végétarien du chef Jinah. Cela donne lieu à toutes sortes de partages et parfois les clients viennent nous rejoindre pour quelques chansons, comme cette indienne en vacances ici qui n’avait pas chanté depuis 16 ans nous a-t-elle avoué : nerveuse, elle était tout de même ravie de revisiter ses classiques indiens pour nous.

Jinah nous a même demandé de jouer, au jardin s.v.p., dans le cadre d’un souper indien à son restaurant. Du coup, nous avons donné vendredi le 17 décembre dernier notre premier concert en duo de musique classique indienne. Concert exécuté un peu « à l’arraché », mais en ayant beaucoup de plaisir. Le même resto nous « réengage » pour le 31 décembre et cette fois, nous arriverons mieux préparés !

Les festivités

photo par Jonathan Léger Raymond

Nous avons eu l’occasion de mieux connaître les occupants du Lanka Dharma Center lors du réveillon de Noël, où une « cérémonie du feu » était organisée et à laquelle nous avons participé en apportant notre contribution chantée, comme vous l’aurez peut-être deviné. Le tout couronné d’un fastueux souper, gracieuseté de nos hôtes, ce fut une soirée mémorable faute d’être passionnante, baignant dans un enchantement à la limite de l’étrange que nous ne saurions pas mieux expliquer ici.

Nous avons choisi de célébrer Noël de manière intime, avec un souper aux chandelles sur notre terrasse. Au menu : poisson grillé et accompagnements préparés par notre endroit favori pour se restaurer, un boui-boui tenu par une famille de cinghalais qui cuisine divinement et pour trois fois rien. Nous nous sommes même acheté une bouteille de rouge espagnol pour l’occasion. Mmmm, Bohoma rahay ! Ce qui se traduirait par : « excellente nourriture et compliments au chef »!

photo par Caroline Théberge

Il ne nous reste plus qu’à nous trouver un bon endroit pour aller danser après notre récital du 31 décembre et ainsi accueillir 2011 à bras-le-corps, dans la joie. Il se pourrait que la réponse se trouve dans l’invitation de ce DJ/G.O. russe qui, ce matin, nous a invité à ses supers parties de luxe : piscine, chef cuisinier, projections lasers et tout le bling bling d’un bon party V.I.P. … profitons de l’offre pour faire une incursion dans le monde du faste et du « cool » et se dérider un peu !

Nos divertissements frivoles ne peuvent cependant nous faire oublier la magie d’un Noël enneigé, auprès de la famille et des amis : nos pensées volent souvent vers le Québec (un ange passe).

Nous vous souhaitons des Fêtes sublimes en bonne compagnie et une Nouvelle Année lumineuse et pleine d’Amour !

À bientôt !

On aime :

  • Le type qui a pris l’avion pour le Sri Lanka pieds nus
  • Entendre les vagues de l’océan depuis notre lit
  • La musique naïve et pimpante dans les autobus bringuebalants
  • Les magazines à potins français trouvés dans nos guest house : ils sont tellement bitchs !
  • Manger des légumes : équilibre acido-basique = content !
  • Attraper un coup de soleil un 18 décembre

On aime moins :

  • Les sempiternels : « You need touktouk ? » (petit taxi à trois-roue aussi appelé rickshaw)
  • Être suivi à la trace par un gérant d’épicerie obséqieux nous offrant de l’aide sitôt nos yeux posés sur un produit
photo par Jonathan Léger Raymond
photo par Caroline Théberge
photo par Caroline Théberge
photo par Jonathan Léger Raymond

4 comments to Farniente à Unawatuna

  • Jonathan,

    Quel plaisirssssssssssssss de te lire,un sourire sur mes lèvres et dans le mouvement, je te, vous suis, a plus tard, milles bons souhaits t’accompagnent, L

  • kathy

    milles pensées bonne route kathy

  • Shanti

    Merci pour ces beaux récits !! Ils réchauffent le coeur. :) Je suis avec vous en pensée .
    Avec tout mon amour xoxoxoxo

  • Claude

    Bonjour à vous deux,

    Vous semblez si heureux……comment ne pas l’être de notre côté.

Écrire un commentaire

  

  

  

Vous pouvez utiliser ces codes HTML dans votre commentaire.

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>