web analytics

Alopécie : la perte des cheveux

Soins des cheveux, photo par Jonathan Léger Raymond

La perte des cheveux, appelée alopécie, est pour plusieurs une source d’angoisse ou de désespoir. Nous perdons normalement quelques douzaines de cheveux par jour, mais au-delà d’une centaine, on peut considérer cela comme une forme d’alopécie. Il s’agit d’un problème en apparence simple mais dont les causes possibles sont en fait multiples et difficiles à déterminer. Dans certains cas, l’alimentation, les plantes médicinales en interne ainsi que les applications externes peuvent avoir raison du problème.

Différents types d’alopécie

L’alopécie est classée sous différents types selon les symptômes observés :

  • Alopecia areata : les cheveux tombent par talles
  • Alopecia totalis : perte de tous les cheveux du scalp
  • Alopecia universalis : perte de tous les cheveux du corps

Causes de la perte de cheveux

Outre la classification selon les symptômes, il est important de tenter d’identifier les causes possibles de la perte des cheveux afin de pouvoir choisir un traitement sur mesure. La plupart des produits offerts sur le marché sont proposés à toutes les personnes souffrant d’alopécie sans distinction, alors que leur action n’est efficace que dans certains cas. Il est alors très utile de comprendre l’effet des ingrédients et de les sélectionner en fonction de ses propres besoins.

  • Diète inadéquate, carences en fer, minéraux, vitamines B ou protéines
  • Stress intense, choc physique ou émotif : aussi appelé Effluvium télogène
  • Blessures ou brûlures
  • Cicatrices et inflammation causées par des mites, une infection bactérienne ou fongique sévère, telle la teigne
  • Hérédité, perte de cheveux associée à la production d’androgènes, affectant les hommes d’une génération à l’autre : alopécie androgénétique (AGA)
  • Problèmes de la glande thyroïde, hypothyroïdie ou hyperthyroïdie (surtout chez les femmes)
  • Dérèglement hormonal, excès d’hormones androgènes au niveau de la peau
  • Hyperactivité immunitaire, maladie auto-immune : pelade
  • Radiothérapie
  • Effets secondaires de médicaments : chimiothérapie, certains anticoagulants, anti-inflammatoires, antihypertenseurs, certaines pilules contraceptives et l’allopurinol pour la goutte

Un changement hormonal soudain est parfois la cause de la perte de cheveux en talles chez les femmes. Ce changement peut être provoqué par un stress intense, un traumatisme, une opération, un avortement, une fausse-couche, une naissance, une maladie majeure etc. L’évènement perturbateur précède habituellement la perte de cheveux de 6 à 16 semaines et peut persister pendant un an.

Applications externes

Shampooings et huiles essentielles

L’emphase est souvent mise sur le choix d’un shampooing lorsque vient le temps de prendre soin des cheveux. Hors, il s’agit davantage de choisir un shampooing au pH neutre, qui n’abîmera pas les cheveux, que de pouvoir compter sur leurs effets thérapeutiques. Néanmoins, certains produits ont des effets bénéfiques, notamment les huiles essentielles qui entrent parfois dans la composition des shampooings ou que l’on peut se procurer pures et les ajouter au shampooing à raison d’une douzaine de goutte par 100 ml.

En voici quelques exemples :

  • Géranium rosa : astringent, antiseptique et fongicide
  • Sauge officinale : régularise l’action des glandes sébacées, cicatrisant et lipolytique*
  • Théier : fongicide puissant et antibactérien à large spectre, protège la peau contre les radiations
  • Thuya occidental : cicatrisant très efficace et lipolytique*

* L’effet lipolytique est utile lorsque les gras oxydés obstruent la circulation vers les follicules des cheveux.

Applications d’huiles

L’application externe d’huiles est une technique fort efficace et pourtant peu pratiquée en occident. Il suffit d’avoir sous la main une huile végétale biologique de bonne qualité et de l’appliquer sur le scalp ou même sur l’ensemble du corps si la peau est sèche. Faites bien pénétrer en massant doucement et attendez au moins un quart d’heure avant de laver l’excédent pour éviter que les pores de peau ne restent bouchés. Répétez plusieurs fois par semaine pour de meilleurs résultats. Les huiles de lin, de sésame ou de noix conviennent très bien à cette tâche alors que certaines huiles sont spécialement infusées de plantes médicinales bénéfiques pour les cheveux.

Lavements d’herbes médicinales

Par ailleurs, les applications externes de plantes médicinales sont très efficaces car on les conserve une vingtaine de minutes sur le scalp, ce que l’on ne peut faire avec la plupart des shampooings sans assécher le cuir chevelu.

Une recette simple :

Faites bouillir deux poignées d’un mélange de plantes séchées dans deux litres d’eau, ortie et prêle pour les minéraux, de la sauge ainsi qu’un peu de romarin et de fleurs d’hibiscus pour la circulation. Réduisez le volume d’eau de moitié, filtrez et ajoutez si vous voulez 2-3 cuillères à table de vinaigre de cidre de pomme. Appliquez cette décoction sur votre cuir chevelu pendant au moins dix minutes, rincez et répétez plusieurs jours d’affilée. La décoction se conservera au moins 48 heures au réfrigérateur. N’hésitez pas à essayer cette recette même si vous ne pouvez rassembler tous les ingrédients.

Recommandations alimentaires

Parmi les nutriments essentiels aux cheveux il y a entre autres les minéraux, surtout le fer, ainsi que les vitamines du complexe B. Une carence en vitamine B8, aussi appelée biotine ou vitamine H, peut causer la perte de cheveux, ce qui est assez rare. De plus, les protéines (les acides aminés soufrés en particulier), le zinc et le soufre sont nécessaires pour assurer la kératinisation adéquate des cheveux, c’est-à-dire la synthèse de la protéine formant une bonne partie des cheveux, la kératine.

Les viandes rouges sont riches en acides aminés soufrés et en fer alors que le jaune d’œuf et les lentilles sont pourvus de tous les nutriments mentionnés ci-haut. Les céréales complètes et les légumes verts contiennent les minéraux et oligo-éléments nécessaires à l’élaboration des tissus capillaires tandis que la levure de bière est un excellent supplément de vitamines B. Quant aux graines de citrouille, elles fournissent beaucoup de zinc tout en régularisant le taux d’hormone DHT. Prenez garde de ne pas consommer trop de thé, qui limite l’absorption du fer, ou de café, qui favorise l’excrétion des minéraux.

Selon l’Ayurvéda, médecine traditionnelle indienne, le sésame cru aiderait contre la chute des cheveux alors que les excès de sel serait un facteur de risque important pour la perte des cheveux, selon le Dr. Santosh Jalukar (Global Ayurveda, nov-dec 2010, p 6 à 12).

Pour plus de détails sur l’alimentation et les soins des cheveux, consultez cet article sur le sujet publié par l’auteur sur le site de l’Association Manger Santé Bio : Soigner ses cheveux par l’alimentation

Quelques plantes médicinales bénéfiques

Plusieurs plantes médicinales peuvent être employées pour lutter contre certaines alopécies. Il faut les consommer avec régularité, sur une période d’au moins un ou deux mois, sous forme d’infusions, de capsules ou de teintures, selon ce qui est disponible à votre herboristerie, votre magasin d’aliments naturels voisin ou même dans votre jardin. Voici quelques suggestions de plantes à utiliser selon la nature de la problématique qui vous concerne :

Prévenir le vieillissement et la chute des cheveux

  • Amla, Emblica officinalis : utilisé en Ayurvéda dans le mélange des trois fruits appelé triphala
  • Gotu Kola, Hydrocotyle asiatica
  • Prêle, Equisetum arvense : riche en silice, laquelle renforcit les ongles et les cheveux

Encourager la repousse des cheveux

  • Bibhitaki, Beleric myrobalan : utilisé en Ayurvéda dans le mélange des trois fruits appelé triphala
  • Fenugrec, Trigonella foenum-graeceum
  • Hibiscus, Hibiscus sabdariffa

Stimuler la circulation sanguine au niveau du cuir chevelu

  • Dong Quai, Angelica sinensis : stimule la circulation locale, et empêche la formation de prostaglandines possiblement impliquées dans la destruction des follicules de cheveux
  • Ginkgo, Ginkgo biloba
  • Romarin, Rosmarinus officinalis

Quand les hormones se dérèglent

  • Palmier nain, Serenoa repens
  • Racine d’ortie, Urtica dioica
  • Shatavari, Asparagus racemosus

En cas d’hypothyroïdie

  • Cayenne, Capsicum anuum : stimule la glande thyroïde
  • Réglisse, Glycyrrhiza glabra : entretient la santé des cheveux et stimule le système endocrinien

En cas d’hyperthyroïdie

  • Scutellaire, Scutellaria lateriflora : régularise l’action thyroïdienne
  • Shatavari, Asparagus racemosus : régularise l’action thyroïdienne

Lorsque le système immunitaire s’emballe

  • Psoralea, Psoralea corylifolia : activés par exposition au soleil, ses constituants rendent les lymphocytes T moins susceptibles de détruire les follicules des cheveux
  • Reishi, Ganoderma lucidum : immuno-modulateur, régularise le fonctionnement du système immunitaire

Pour conclure

Pour mettre toutes les chances de votre côté quant à la santé de vos cheveux, soignez votre alimentation, prenez garde au stress, évitez si possible le séchoir et les expositions prolongées au soleil et concoctez vous un savant mélange de plantes médicinales à adopter comme tisane quotidienne. Si cela vous convient, appliquez de l’huile ou effectuez des lavements aux plantes sur votre cuir chevelu.

Mieux vaut aussi investiguer un peu pour découvrir la cause précise de la perte de vos cheveux et ainsi adapter une approche en conséquence. Enfin, n’hésitez pas à consulter des spécialistes pour les cas plus difficiles : dermatologues, médecins, herboristes ou même thérapeute ayurvédique ou de médecine chinoise, les longues traditions asiatiques ayant plus d’un tour dans leur sac !

Pour en savoir plus sur les soins naturels des problématiques, visitez Ayurvéda Révolution. Pour consulter l’auteur de cet article : Espace Ayurvéda